Johanne Lefebvre

Home/Portraits / Johanne Lefebvre
May 15, 2017
by
in Portraits, Spectacle

En 1998, Johanne s’est démarquée en remportant la finale dans la catégorie interprète du Festival international de la chanson de Granby. Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis cette grande victoire. Aujourd’hui, elle peut dire mission accomplie, car elle a eu la chance de faire trois performances mémorables, lors de son aventure à La Voix.
Rencontre avec une artiste qui souhaite rester dans le cœur des gens.
Johanne et moi sommes amies depuis de nombreuses années. Nous allons donc nous tutoyer pour cette entrevue.
C’est vraiment un grand bonheur pour moi de faire cette entrevue avec toi.Tu as enfin réalisé ton rêve de participer à La Voix. Pourquoi as-tu auditionné à La Voix 3 fois plutôt qu’une?
Parce que tous les rêves sont possibles! J’y croyais, c’est aussi simple que cela! Je savais que j’avais ma place et que je pouvais me démarquer et arriver à séduire Stéphane Laporte et Esther Teman. Il s’agissait juste de trouver comment entrer. La première année, j’ai été un peu plus clichée dans mes choix de chansons, ensuite j’ai décidé d’y aller avec ce qui me mettait en valeur où l’interprétation était très importante ainsi que la puissance vocale qui était plus omniprésente.

Ton duel avec Sylvie DesGroseillers a été vu par 2 989 000 personnes; un record historique pour La Voix. Quelles sont les émotions qui t’habitaient au moment de ton duel et étais-tu nerveuse à l’idée de chanter avec elle?
Premièrement, je ne savais pas qu’il y aurait autant de gens qui allaient écouter cette émission-là. Quand je l’ai découvert plus tard, j’ai fait wow! Mes émotions au duel étaient surtout basées sur le cadeau qu’on me faisait de me donner ce grand classique qui était Je Ne Suis qu’une Chanson par la plus grande chanteuse du Québec : Ginette Reno. Cette chanson englobait toute mon aventure à La Voix parce que quand tu te présentes là, tu livres qui tu es, d’où tu viens, tout ton passé, ton vécu, ce qui a fait mal, ce qui fait du bien. On te dit parle de toi. C’est cette émotion-là qui m’habitait quand je suis montée sur scène, c’était de dire : moi, je suis venue à La Voix, je vous ai raconté ma vie dans le fond tout ce que je suis, c’est que Je Ne Suis Qu’une Chanson. Pour la question à savoir si j’étais nerveuse de chanter avec Sylvie, non, Je n’étais pas vraiment nerveuse. J’étais plutôt nerveuse à l’idée d’aller livrer une performance parce que pour moi ce n’était pas un duel, mais plutôt un duo. En fait, c’était un honneur pour moi de chanter avec elle. On chantait vraiment ensemble pour donner un beau numéro sachant que l’une de nous deux allait quitter on voulait quitter sur une belle émotion et un beau spectacle.
Quels conseils venant de ton coach Éric Lapointe retiens-tu?
Éric, il le dit lui-même, c’est un homme de peu de mots, je pense que c’est surtout avec ses regards et ses approbations que je sentais qu’il me faisait confiance et je pense aussi qu’il me faisait confiance comme interprète. Il me donnait surtout des conseils au niveau de la mise en scène comment se comporter et de rester concentrée et groundée.

De quoi aimerais-tu que les gens se souviennent de ton passage à La Voix?
C’est une très bonne question. J’aimerais qu’on se rappelle de 2 choses. Premièrement, que tout est possible, que rien n’est fini. Tout peut commencer peut importe l’âge qu’on a. Peut importe d’où on vient. Quand c’est en toi que c’est vrai et que c’est réel, ça n’a d’autre choix que de sortir et qu’il faut aussi saisir toutes les opportunités qui nous sont données. Ne pas avoir peur et foncer.
Deuxièment, j’aimerais qu’on se rappelle de moi comme d’une interprète authentique dans l’émotion, car j’essaie de l’être. (Sourire coquin) Ça peut sembler étrange, mais je ne détestais pas ça quand les gens me disaient que je les avais fait pleurer et que je leur avais donné des frissons.

Qu’est-ce que tu aimerais dire à tes nouveaux fans qui viennent de te découvrir?
J’aimerais leur dire que je ne partirai pas, que je vais tout faire pour rester. J’ai déjà quitté quand j’ai arrêté de chanter en 2002, mais maintenant, je vais travailler fort pour qu’on ne se perde plus.
On t’a entendu chanter de grands classiques d’Édith Piaf et de Ginette Reno de même que la la chanson de ton audition à l’aveugle Caruso. Quelle chanson les gens seraient-ils surpris de t’entendre chanter?
La chanson Peace of my hearth de Janis Joplan.

Auteur: Bianca Favasuli

No Comments on This Post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Recent Comments
    Marc Young
    Hey, thanks for stopping by. My name's Marc young and I'm a Art Director & Photographer based in Montreal,Canada.
    Featured Posts